• pgrav049

Ligne temporelle






Dans le passé, rien n'était gaspillé. Mon arrière-grand-mère me dit souvent que lorsqu’elle avait une robe et qu'elle était usée, elle la déchirait et qu’elle confectionnait des vêtements pour les plus petits, et quand ceux-ci étaient saccagés, elle les déchirait et en faisait des guenilles (ou en bon français des serpillière).

Mais cette façon de reconfectionner et de réutiliser ses vêtements jusqu’à la fin de leur utilité n’est plus. Cela a changé à la fin du 19e siècle et ce, pour plusieurs raisons. D'une part, les villes ont connues une croissance rapide - en partie à cause de la flambée historique de nouveaux arrivants dans les villes, une exode rurale causée principalement par la révolution industrielle. Celle-ci a introduit la production de masse de vêtements, changeant la donne. Plus il devenait abordable d'acheter de nouveaux vêtements, plus les gens pensaient que les vêtements étaient jetables. Avec cette nouvelle circulation de biens vestimentaires est apparu des systèmes améliorés de gestion des déchets. C’est à ce moment que les prêteurs sur gages ont vu le jour. Leurs buts étaient de trouver de nouvelles utilisations pour les articles dont les consommateurs ne voulaient plus, mais qui étaient encore fonctionnels et en bon état.

Cependant, la population générale avait un stigmate lié au port de vêtements usagés qui appartenaient à un étranger. Non seulement les articles eux-mêmes étaient le signe d'un manque d'argent, mais il y avait aussi des préjugés contre les gens qui les vendaient. Les vêtements usagés étaient souvent vendus par des immigrants juifs, dont les options professionnelles étaient souvent limitées par l'antisémitisme. Ce préjugé a déteint sur leurs marchandises. Même si plusieurs partageaient un mauvais regard à l’égard de la vente de vêtements usagés certains ont réalisé qu’il était possible d’en faire des profits. Je pense notamment à l'Armée du Salut et Goodwill, des organisations, dirigées par des ministères chrétiens à la recherche de financement. L'appartenance religieuse de ces compagnies offrait une source de légitimité auprès des consommateurs religieux. Les Américains ont commencé à donner davantage à la charité pendant cette période également.

L’Armée du Salut a débuté en 1897 dans le sous-sol d’un refuge pour hommes. Les résidents ont fait le tour du quartier pour demander des vêtements usagés, et ils ont obtenu de la nourriture et un logement en retour. Un ministre méthodiste a lancé Goodwill, une opération similaire, à Boston en 1902, engageant des personnes pauvres et handicapées pour collecter les marchandises et effectuer les réparations nécessaires. À leur tour, l’offre de vendre dans les magasins de ces groupes ont donné aux immigrants un endroit pour trouver des vêtements et devenir « américanisés ». De nombreux magasins d'aubaines offraient également des services sociaux en plus des produits de détail. Dans les années 1920, les friperies étaient aussi organisées que les grands magasins. Goodwill, par exemple, disposait d'une flotte de camions collectant les vêtements et les articles ménagers de plus de 1 000 ménages. C’est vers cette époque que les friperies ont connues une transformation. Autrefois considérées comme une sorte de magasin mal famé, les friperies leur statut dans la société à changer lorsque les femmes au foyer de la classe moyenne l’ont utilisé comme un prétexte pour se sentir vertueuses d'acheter quelque chose de nouveau parce qu'elles peuvent donner quelque chose en retour. Pendant la Grande Dépression, la demande a dépassé l'offre, car davantage de personnes ne pouvaient se permettre d’acheter de nouveaux vêtements dans les boutiques de grande surface. La même chose s'est produite pendant la Seconde Guerre mondiale.

Au cours de la période de prospérité d'après-guerre, les affaires ont explosées dans les magasins d'aubaines de l'Armée du Salut et de Goodwill, alors que les gens faisaient de plus en plus dons de leurs vêtements pour pouvoir redécorer leurs maisons et rafraîchir leurs garde-robes avec des fibres synthétiques qui permettaient aux tissus d’êtres plus colorés. Il y a eu également une résurgence de magasins de vêtements usagés dans les années 1960 et 1970 où les consommateurs ont commencés à convoiter des vêtements « vintage ». Les ventes de garage, comme une sorte de collecte de fonds caritative sont également devenues populaires pendant cette période, et le mouvement environnemental les a ensuite promues comme une forme de recyclage.

Au 21e siècle, les consommateurs n’ont même plus besoins de se lever de leur chaise d’ordinateur. En quelques clics de souris ils peuvent parcourir et acheter des vêtements de seconde main. Aujourd'hui, les friperies font parties d'une industrie de plusieurs milliards de dollars. Et comme les études sur les préférences des consommateurs suggèrent que la génération Y aime faire des emplettes avec des entreprises qui font des dons à des organismes de bienfaisance, le modèle des friperies ne sera pas démodé de sitôt.


19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Travail final

J'ajoute ici le lien du produit indéfini et continu de mon loci: Tik Tok et aussi le bricollage de mes billets en forme superposés sur un blog de tumblr. https://ethnolocitiktok.tumblr.com/ Tous les p